Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Ça?

  • : Stipe se laisse pousser le blog
  • Stipe se laisse pousser le blog
  • : Je m'étais juré sur la tête du premier venu que jamais, ô grand jamais je n'aurais mon propre blog. Dont acte. Bonne lecture et n'hésitez pas à me laisser des commentaires dithyrambiques ou sinon je tue un petit animal mignon.
  • Contact

La cour des innocents

La Cour des Innocents - couv - vignette

Dates à venir

- samedi 2 août, en dédicace à la Librairie Montaigne (Bergerac) de 10h à 12h

- samedi 30 août, en dédicace à la Librairie du Hérisson (Egreville)

- dimanche 9 novembre, en dédicace au Grand Angle dans le cadre du salon Livres à Vous de Voiron.

17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 09:47


Au jour du jugement dernier, quand je me pointerai devant l'Eternel et qu'il me demandera ce que j'ai à plaider pour ma défense, je m'allumerai une clope en plissant les yeux, pour prendre un air profond. Je recracherai rapidement la fumée car c'est toujours ainsi qu'on traite la première bouffée, puis en gardant les yeux plissés comme pour les protéger des émanations nocives, je prendrai une longue inspiration inspirée, je libérerai une seconde fois la fumée, et les yeux plantés dans les volutes de la cigarette, je répondrai avec un air faussement réfléchi, surjoué, : "je suis un séducteur".
Le coup de la clope, j'ai vu ça dans un film avec Errol Flynn, la moustache impeccable. Le coup de la vertu lâchée comme un aveu, comme la pire des tares, j'ai vu ça chez Drucker, quand à la question "Quel est son pire défaut ?", la femme de l'homme d'Etat répond, après une réflexion aussi mûre qu'elle, "son honnêteté" ou "son abnégation", ou une connerie de l'espèce.

Je ne crois pas en Dieu, pas plus que je ne suis fumeur. Mais je suis un formidable joueur d'apparences. Et j'ai très envie de soigner ma sortie, qu'elle se fasse devant Dieu, Drucker ou une colonie d'asticots.
L'apparence, j'ai toujours tout misé là dessus. Paraître un mec sympa, fiable, un bon mari, un bon amant, un bon père, ... Un type bien, en somme. Et toute ma vie, ça a plutôt bien fonctionné, j'ai presque toujours obtenu ce que je voulais. Comprendre : qui je voulais, quand je voulais. Depuis internet, j'ai même eu plus que ce que je voulais. Quelques clics bien placés et le tour est joué. Et avant internet, ben je faisais comme on faisait avant.  Je les choisissais dans mon entourage, mon voisinage. Devrais-je vous l'avouer ? Allez, ... même au sein de ma propre famille. Dégueulasse, hein ?
Armé de mon seul pouvoir de séduction, voire de persuasion, j'allais sans relâche. Dans ma voiture, dans le lit conjugal, dans un parc public, je baisais, encore et toujours. Des coups d'un coup, des veilles sans lendemain, des Carpe Diem sans l'inconvénient du latin. Puis via le net, des photos, des profils, des mails. La fébrilité de la première rencontre, la concrétisation d'un travail de séduction. Puis la création de nouveaux profils, pour éviter de laisser des traces. Très important, de ne pas laisser de traces. Je ne sais que trop les dangers encourus à être soi-même, alors je me renouvelais, je changeais mon apparence. Je variais les sites, les photos, mais toujours de moi. Ma personnalité plaisait, alors je ne la changeais pas. La seule chose qui variait, c'était la méthode, mais la finalité était toujours la même.
Personne ne s'est jamais rendu compte de rien. Ma femme n'y voyait que du feu, celui dont les flammes entretenaient notre passion. J'étais un jouisseur.

Puis il y a eu la fois de trop, la fois où j'ai sous-estimé ma proie. Et la proie a gueulé, elle a hurlé au salaud. Elle a menacé de tout balancer, alors je l'ai fait taire. Alors on m'a condamné, sans vraiment me juger. Alors du coup je sais que je dois songer à ma sortie.
On m'a enfermé il y a quelques jours. Et ici, je sais que ce n'est plus pareil. Je sais qu'ici je ne peux plus avancer les mêmes arguments. Car en taule, plus qu'ailleurs, on me promet des lendemains pas jolis. En taule, plus qu'en liberté, on est poussé à aller serrer la pogne à l'Eternel. J'ai pas d'inquiétude, j'ai jamais été un bon chrétien mais j'ai les curés dans mon camp.
Je vais bientôt crever, probablement par le suicide. Mais plus sûrement par le lynchage.
Ici, moins que dehors, on ne pardonne pas aux pédophiles.


Partager cet article

Repost 0
Published by Stipe - dans Nouvelles
commenter cet article

commentaires

Tom 21/03/2010 19:06


"Ici, moins que dehors, on ne pardonne pas aux pédophiles."
Même les curés ?


Stipe 22/03/2010 09:56


en même temps, le pardon était une notion religieuse, à l'origine... C'est un peu comme pour la grippe A : tu distribues le vaccin à forte dose, puis tu laisses venir...
("... à moi les petits enfants", l'évangile selon Fesse-Mathieu )


Madame Olson 20/03/2010 20:54


fin innatendue pour ma part....Merci du peu !


Stipe 22/03/2010 09:52


mais tu sais bien que si je peux te rendre service, tu sais que c'est à moi que ça fait plaisir :p


Maximus Bob2bob 18/03/2010 14:03


Belle maîtrise du sujet...(à ce propos je me suis toujours demandé si un pédophile indien avait les lèvres plus douces ?)


NDLR : Je sais mais c'est pas moi qu'a commencé.


Stipe 22/03/2010 09:48


elle est rudement chouette, celle là. Je me la garde dans un coin et tenterai de la ressortir à bon escient, ou ailleurs, en faisant croire qu'elle est de moi.


Hime-Baba 18/03/2010 11:47


Pour te faire patienter.... http://www.youtube.com/watch?v=RjQlFNao3vc


Stipe 18/03/2010 13:16


toute ressemblance avec ma bannière ne serait que fortuite...


Thierry Benquey 18/03/2010 08:17


Tant va la chute à l'eau qu'à la fin elle te casse.
Merci Stipe (pour la surprise.)
Amitié
Thierry


Stipe 18/03/2010 13:17


et tant va le salaud qu'à la fin il chute...

merci Thierry