Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Ça?

  • : Stipe se laisse pousser le blog
  • Stipe se laisse pousser le blog
  • : Je m'étais juré sur la tête du premier venu que jamais, ô grand jamais je n'aurais mon propre blog. Dont acte. Bonne lecture et n'hésitez pas à me laisser des commentaires dithyrambiques ou sinon je tue un petit animal mignon.
  • Contact

La cour des innocents

La Cour des Innocents - couv - vignette

Dates à venir

- samedi 2 août, en dédicace à la Librairie Montaigne (Bergerac) de 10h à 12h

- samedi 30 août, en dédicace à la Librairie du Hérisson (Egreville)

- dimanche 9 novembre, en dédicace au Grand Angle dans le cadre du salon Livres à Vous de Voiron.

15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 00:01

 

-  Alors ces vacances, c'était bien ?
-  Je suis allé en Bretagne.
-  Ah pardon...

Ah, la Bretagne ! Comme le disait le philosophe égyptien comme ses pieds : "Voir la Bretagne et mourir". D'ennui.
Non pas que je déteste dormir en k-way et en bottes en caoutchouc. Non pas que je ne porte pas respect aux bigoudènes flétries qui vendent des crêpes en habits folkloriques un peu, à la con beaucoup. Non pas que je ne sois insensible au charme des plages mazoutées surpeuplées de crétins au diesel, venus poser leur caravane et belle-maman en camping familial d'un bled au nom imprononçable et à la géographie lointaine, dont le Syndicat d'Initiatives s'est pendu de honte un soir de pleine Lune, mais on n'a pas pu la voir à cause des nuages.
Non, pas.

Quiconque n'a jamais passé ses vacances en Bretagne ne peut mesurer le malheur auquel il a échappé.
Donc :
Arrivés à Brest par le CB12 (Chemin Boueux n°12), vous êtes accueillis par un druide qui vous sert un alcool à 67°. C'est sa température. Son degré d'alcool, c'est 88. Ainsi délesté de vos dents et de votre système digestif, un autochtone et son chien, à moins que ce ne soit l'inverse, vous conduisent à la lueur d'une torche jusqu'à votre demeure. La crainte traditionnelle de l'estivant au camping est de se voir attribuer la place jouxtant les ouaters. Rassurez-vous, ça ne vous arrivera pas au camping en Bretagne puisque les emplacements sont dans les ouaters. Une couche à même le sol, une couverture en paille de foin et un seau pour écoper constituent le sobre mobilier de votre lieu de retraite.
Le lendemain matin vous vous réveillerez les pieds dans l'eau et le reste du corps dans l'eau. C'est marée haute, comme ils disent. Vous prendrez un petit déjeuner sommaire, composé d'une jarre de cidre, d'un demi-sanglier et de saindoux servi dans un Femme Actuelle de y'a 8 ans. Nul besoin de prendre une douche étant donné que vous l'avez prise toute la nuit. Vêtu de vos habits d'été (ciré, bottes en caoutchouc, sacs poubelle), vous pouvez alors vous rendre au son du floc-floc à l'endroit de votre première visite culturelle de la journée, le musée de la Noyade. Vous visiterez ensuite l'usine de parapluies, et vous pourrez alors jouir d'une pause shopping durant laquelle vous irez dépenser vos RTT dans les boutiques de bols gravés avec tous les prénoms du monde sauf le vôtre. Alors, vous irez au port (pas le porC, celui qui sent le lisier, non non, le porT, celui qui sent la merde) vous faire arracher les oreilles par les vendeurs à la hurlée. Suivra un apéro, composé d'alcool d'artichauts, d'huîtres marinées à l'huile de foie de morue, et de canapés tartinés d'un tarama local appelé "guano". Puis après avoir tenté pendant trois heures d'allumer le barbecue avec du charbon de bois détrempé, vous ferez cuire vos sardines au micro-ondes, puis vous mettrez trois nouvelles heures à les dépiauter. Il vous restera alors une petite heure pour faire un water-polo sur le terrain de foot, avant l'apéro du soir. Celui-ci se composera d'un alcool d'huître, d'artichauts marinés dans le miel et de canapés tartinés d'un tarama local appelé mäh-zoute. Vous pourrez alors prendre votre dîner : du charbon de bois mariné dans une eau locale appelée flotte.
Chaque journée de vos vacances sera ainsi rythmée.

Au bout de quelques jours  de ce programme varié, vous serez en droit de vous faire chier. Alors pour tuer  cinq minutes, vous copulerez, c'est inévitable. Le breton copule à grande échelle et se reproduit à la vitesse de l'éclair. Donc souvent.
On voit le breton trimballer sa marmaille dans de grandes poussettes appelées monospaces.
Le breton se reproduit à chaque coït car il croit en Dieu, aussi fidèlement que moi je crois en rien. Tout ça parce qu'Il protège les marins et leur file du poisson quotidiennement. C'est tous les jours vendredi à la cantine.

Breton aime le folklore. Il danse en piétinant des pieds au son du biniou et de la guimbarde que jouent des fanfares appelées Bagad de Lann-Bihoué. Si vous demandez à breton "Qui qu'a fait la musique ?", il vous répondra "C'est Bagad qu'a fait". Breton est facétieux. Et il accompagne sa musique de chiants traditionnels toujours racontant des histoires de femmes de marins attendant leurs maris au bout de la jetée mais l'autre il est jamais revenu parce qu'il s'est barré avec un poulpe ou qu'il s'est fait bouffer par les vagues un jour de pluie, alors la femme elle chiale parce qu'il sera jamais rentré pour le dîner et que la soupe d'huître sera froide, c'est sûr.

La Bretagne bénéficie d'un climat inexistant. Quoi qu'en disent les mauvaises langues, l'été s'étale sur deux mois. Du 31 juillet au 1er août. Tout le monde garde en mémoire la grande sécheresse de 1923 au cours de laquelle il n'avait pas plu pendant deux heures de suite, sauf une heure. La saison des pluies dure de mars à octobre, et vice-versa.
On dit qu'en Bretagne, quand le soleil apparaît il cligne des yeux.
L'été on dort avec la fenêtre fermée, à cause de l'odeur des algues en décomposition qui pique le nez et les yeux. L'hiver on dort avec la fenêtre ouverte pour laisser entrer la chaleur du froid.

Pour raisons diplomatiques, je m'acquitte annuellement d'une semaine de vacances en Bretagne. En juillet ou en décembre, me rappelle jamais. J'ai fini par apprécier l'endroit, à la manière dont on aime l'odeur de ses doigts après s'être gratté entre les orteils.
Mais l'année prochaine, basta, je passe mes vacances à la montagne. J'aime bien aussi quand mes pieds sentent le savon.




c199m.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bretagne 31/01/2010 00:48


Il faut prendre du recul !


maman gyslaine 17/12/2009 16:04


mais quelle surprise ,je ne savais pas que tu étais breton


Stipe 17/12/2009 16:06


moi non plus.


Blue Jam 17/12/2009 09:26


Enfin la vérité sur la Bretagne ! Bravo pour cet article courageux ;-)


Tom 16/12/2009 23:47


En Bretagne, on dit qu'il ne pleut que sur les cons.
Dans les Ardennes, d'où je viens, on dit qu'il ne fait froid que deux mois par an : juillet et août, quand on coupe le chauffage...


mahogany 16/12/2009 02:49


Je ne cautionne pas ce texte rho!-ment-c'est