Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Ça?

  • : Stipe se laisse pousser le blog
  • Stipe se laisse pousser le blog
  • : Je m'étais juré sur la tête du premier venu que jamais, ô grand jamais je n'aurais mon propre blog. Dont acte. Bonne lecture et n'hésitez pas à me laisser des commentaires dithyrambiques ou sinon je tue un petit animal mignon.
  • Contact

La cour des innocents

La Cour des Innocents - couv - vignette

Dates à venir

- samedi 2 août, en dédicace à la Librairie Montaigne (Bergerac) de 10h à 12h

- samedi 30 août, en dédicace à la Librairie du Hérisson (Egreville)

- dimanche 9 novembre, en dédicace au Grand Angle dans le cadre du salon Livres à Vous de Voiron.

20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 17:32

Je n'en peux plus, d'elle. Je ne la supporte plus, je ne supporte plus sa gueule le matin, le midi sa gueule m'énerve et le soir, devinez quoi... Il suffit qu'elle soit dans mon champ de vision pour que mon humeur passe de changeante à stablement mauvaise. Elle est toujours dans mes pattes et elle n'est jamais pas là quand il faut. J'en ai marre, marre qu'elle ne fasse pas d'effort. Et je la trouve pitoyable quand elle en fait. C'est compliqué d'écarter les jambes à intervalles trimestriels réguliers ?
Mais n'allez pas croire que j'ai de la haine, juste que je n'ai plus d'amour. J'ai envie qu'on en finisse, même s'il y a longtemps qu'on en a fini avec ce qu'on voulait continuer. On se croise à longueur d'ennui, on s'évite toute la journée. Et pourtant on fait semblant de ne pas tricher. Faux semblant. Au pire on se querelle, au mieux on s'engueule. Tel le crapaud en rut, on cohabite. C'est ma colloque. Et en plus c'est moi qui l'aie choisie.

Pour des tas de raisons.

Car de l'amour, y'en a eu. Fort, longtemps. On aura mis plus de temps à détruire qu'à construire. On en aura traversé, des épreuves. On en a plein les albums photos, on a des cadres sur la cheminée. Notre enfant, le ciment du couple. Le bâtisseur de murs... Biologiquement ce n'était pas possible, alors c'est ensemble qu'on a terrassé l'adversité et qu'on a eu notre fille. Même s'il faut bien avouer que j'ai du déployer de l'optimisme pour deux et que s'il n'avait fallu compter que sur son seul défaitisme on aurait rapidement déposé les larmes.

Je ne regrette rien, j'ai tout vécu passionnément, j'ai tout fait pour resserrer nos liens encore et encore. Le bondage des sentiments. Mais là je n'en peux plus du tout, j'ai envie de souffler et de me rappeler à la vie. Et puis surtout, j'ai enfin osé m'avouer cette évidence que je pressentais depuis longtemps : je préfère les hommes. Comme tout le monde, j'ai essayé quand j'étais jeune et j'en garde un très bon souvenir, mais je pensais que ce n'était pas pour moi. Il est incongru de jeter des clous sur son propre chemin : votre vraie nature finit toujours par vous rattraper un jour ou l'autre, et vous regrettez alors d'avoir perdu votre temps. Mais ce coup ci c'est terminé, basta, j'arrête. Je vais seulement lui annoncer que je la quitte, ce sera déjà suffisamment éprouvant pour elle. J'attendrai un peu pour sortir du placard et lui avouer que je suis hétérosexuelle.

Partager cet article

Repost 0
Published by Stipe - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

sophie 22/08/2010 19:01


(suite)
Une narration comme je l'aime: à contre courant, tu sais bien ;)


sophie 22/08/2010 18:58


Ouh!!!! Début tellement autobiographique me concernant puisqu'un an après en avoir discuté ensemble, la situation divorsale, surtout sale, a défoncé la porte conjugale ou plutôt coloc...
Bravo encore. J'ai aussi un truc du genre jeté, craché sur du papier..


apolline 08/03/2010 11:36


Joli!
Egal à toi même je dirais...


Lynette 28/02/2010 21:22


ouaahhh, quelle chute, j'en ai encore mal au ...


la rage au coeur 28/02/2010 10:11


très beau coup de gueule - des mots forts mais juste - touchant